Solutions RH CNIT

Publié le par Nathanaël Ramos





Du 13 au 15 mars se tient le salon des solutions RH.
L'occasion pour les dirigeants et DRH de faire un point sur les outils et services RH.
Evènement majeur, une série de 3 colloques aura lieu sur le coaching en entreprise animé par le journaliste-coach José Diz avec des intervenants de qualités représentant les différents "courants"
du coaching en France.

Voici une synthèse des débats de la première table ronde qui avait pour thème: le coaching pourquoi faire.

En entreprise, on fait souvent appel au coaching comme un outil d'évaluation déguisé.

Ont été abordé les différences avec le conseil, le mentoring, la formation.
La différence se faisant du point de départ du praticien.
Dans le cas du conseil ou de la formation, par exemple, on part de l'expertise, du background de l'intervenant, à l'inverse du coach qui part des champs de compétences explorés ou pas de son intelligence, de ses impuissances. de son coaché.
On peut prendre la casquette de conseil à condition de l'expliciter à son coaché.

- la performance pour la performance ?:
à quoi bon si cla se fait au détriment du coaché ...ok à condition que cela fasse sens pour soi.

- engagement de résultats ou de moyens ?
Encore une fois deux écoles s'affrontent: certains jouent sur les jeux de mots en parlant d'engagement de résultat sur les
moyens ! J'avoue je la resortirai en clientèle....D'autres estiment avoir une responsabilité et qu'en cas de résistance de la part du coaché, envisager de changer de coach. "Il n' ya pas de mauvais clients, que des mauvais coachs, dit-on..."

la vente du coaching: certains déclarent sans  ambigüeté que le coaching se vend d'autres que le coaching s'achète. Une différence de fond qui reflète une vision du monde complètement opposée qui m'a laissé qq peu perplexe, je dois vous l'avouer. (Comment font-ils pour en vivre, si parler d'argent c'est mal ?) Et d'ailleurs feriez-vous confiance à un coach qui n'est pas "successfull" ?


- la formation
Sur ce thème, les participants sont globalement d'accord sur les fondamentaux: éthique, déontologie, supervision posture, développement personnel continue, veille, savoir-faire/ savoir-être (qui est-il en tant que coach ?, pourquoi est-il est coach ?).

- fait-on appel à un coach uniquement pour résoudre un problème ?
Encore une fois les avis divergent.
Lorsqu'il s'agit d'une prise de poste, nous sommes en prévention des problèmes...En revanche en cas de crise, on fait appel bel et bien à un coach. Lorsqu'un coaché "consulte" un coach, il vient bel et bien avec ce qu'il considère comme une problématique.
Je retiens de cet échange que nous apprenons de nos échecs, bien sûrs mais peut-être pas assez de nos succès.


Voilà une synthèse que j'ai pu faire à partir de mes notes, merci le mind-mapping!
Je serai présent jeudi sur le salon afin d'assister au colloque sur le thème de la pratique du coaching.

A jeudi donc,

 

Publié dans nathanaelramos

Commenter cet article