Interview à la chaîne _ Pierre Morsa

Publié le par Nathanaël

 

 1. Quel a été votre premier contact avec le monde associatif ?

Je n'ai jamais été très impliqué dans le monde associatif, par contre ma Mère m'y a fait baigner pendant très longtemps. Elle a créé il y a environ trente ans une association en Belgique, l'ASCAM, pour que les conjointes des médecins aient un statut social, des droits et un salaire reconnu. Elle a fini par obtenir gain de cause, et grâce à elle et d'autres personnes, les épouses des professions libérales disposent aujourd'hui d'une vraie protection sociale. Encore aujourd'hui, elle est très active et mène un combat pour amener sa région à améliorer l'environnement et l'écologie. Elle a beaucoup de cran, elle a par exemple réussi à faire fermer un dépôt illégal de déchets.

2. Pourriez-vous nous parler de votre expérience dans le monde associatif ?

Comme déjà dit, ma contribution dans le monde associatif est très modeste. Je me suis occupé de mouvements de jeunesse et nous récoltions des fonds pour que les enfants d'un maximum de familles puissent participer aux activités.

J'ai redécouvert le monde associatif récemment, en collaborant avec Yann Arthus-Bertrand et son association GoodPlanet.

3. Si oui, quelle a été votre motivation ?

J'ai l'habitude de travailler avec de grandes entreprises. Si cela est rémunérateur, il manque cependant clairement une dimension plus profonde à leur travail. Les activités de développement durable sont très souvent utilisées uniquement à des fins de marketing, mais pourtant il va devenir urgent pour les sociétés de rechercher des Business Models qui tiendront le choc face aux conséquences de notre impact écologique sur la Terre.

Quelques exemples : comment les sociétés de Grande Distribution vont-elles faire lorsque la disparition des grandes espèces de poissons va se faire sentir ? Comment les compagnies d'assurance vont-elles devoir réadapter leur façon de penser les risques face aux changements climatiques ? Pourquoi malgré les progrès technologiques une voiture moderne rejette autant de CO2 qu'il y a 20 ans ?

Pour changer, il faut un moteur, une vraie conviction et je pense que cela devient urgent ; la crise actuelle n'est pas que financière, c'est celle de tout un système qui ne fonctionne que lorsque nous consommons toujours plus. C'est cette réflexion qui m'a poussé vers le monde associatif.

4. Pourriez-vous nous citer le nom d'une association dont l'action vous aurait marqué ? Pour quelles raisons ?

GoodPlanet.org, pour son engagement, la cohérence de son action et son esprit tourné vers la recherche de solutions.

5. Si vous deviez créer une association dans quel domaine serait-elle ?

Une association qui donne la possibilité aux gens qui ont les solutions de les présenter et de les communiquer à grande échelle.

6. Si vous deviez faire "une grève de la faim" cela serait pour quelle cause et pourquoi ?

Je ne pense pas être capable de faire la grève de la faim et je n'ai jamais été dans une situation où cela était nécessaire. Donc je préfère ne pas répondre...

7. Quel événement déclencherait chez vous la volonté de fonder une association ?

Pouvoir répandre les idées et les solutions pour changer et améliorer le monde.

8. Que pensez-vous du monde associatif ? Que peut-il apporter à notre société ? Quels sont vos souhaits pour le monde associatif ?

Le monde associatif n'est pas un but, mais un moyen d'y parvenir.

9. Quel est votre avis sur la création d’un Numéro Vert "Associatif" ? (cf. vidéo et/ou site)

Je n'y ai jamais réfléchi.

10. Les services du Numéro Vert "Associatif" seront gratuits pour les associations comme pour nos concitoyens et ce grâce à l'aide financière et technique de partenaires. Que pensez-vous d'une entreprise qui aiderait à la réalisation d'un tel projet ?

C'est un support intéressant. L'aide et le mécénat des grandes entreprises sont aujourd'hui indispensables pour faire fonctionner une association.

Le blog de Pierre Morsa, http://blog.pierremorsa.com/


Commenter cet article